Croquettes sans céréales chien avis vétérinaire

Véritable phénomène de mode, les croquettes pour chien sans céréales connaissent un succès considérable. Poil de meilleure qualité, digestion améliorée, prévention de certaines maladies… les arguments ne manquent pas et ont de quoi laisser rêveur tout maître de chien désireux d’apporter le meilleur à son animal. Mais qu’en est-il vraiment ? Ces allégations sont-elles proches de la vérité ou issues d’un mouvement sociétal soucieux de revenir au naturel ?

Les premières croquettes pour chien sans céréales sont arrivées sur le marché nord-américain au milieu des années 2000. Le concept s’est ensuite développé en France, sous l’impulsion de certaines marques comme Atavik (en 2012) et Ultra Premium Direct (en 2014). Depuis, l’engouement pour ce type d’aliments n’a fait que prendre de l’ampleur, tant et si bien qu’aujourd’hui, la plupart des croquettes sont estampillées « sans céréales ».

Derrière cette tendance, il y a la volonté de nourrir nos fidèles compagnons comme l’aurait voulu la nature. Puisqu’ils sont carnivores, ils devraient donc manger principalement de la viande et des abats, et non pas des céréales. D’autant que de nombreux propriétaires de chien craignent que la consommation de céréales entraîne chez leur animal des allergies ou des intolérances alimentaires, voire des intoxications à cause de la présence de mycotoxines. Si l’on se base sur ces considérations, la mention « sans céréales » sur un paquet de croquettes apparaît comme un gage de qualité indéniable.

En réalité, nous allons voir que les choses sont loin d’être aussi simples ! D’une part, les craintes liées à la présence de céréales dans la nourriture pour chien reposent bien souvent sur de fausses croyances. Et d’autre part, certaines marques de croquettes n’hésitent pas à surfer sur la mode du « sans céréales », sans pour autant mettre plus de produits carnés dans leurs recettes. A la place, elles utilisent de grandes quantités de légumineuses, qui peuvent potentiellement être plus problématiques que le riz, le blé ou le maïs. Comme vous pouvez vous en douter, notre avis sur les croquettes sans céréales sera donc nuancé. Mais commençons par démêler le vrai du faux sur les supposés dangers des céréales…

Le problème des céréales dans les croquettes pour chien : info et intox

Derrière le concept des croquettes pour chien sans céréales, il y a l’idée que nos amis canins ne sont rien d’autres que des loups domestiqués, et que par conséquent, il convient de les nourrir comme tel, avec de la viande et des abats, et non pas du riz, du maïs, de l’orge ou du blé.

Intox n°1 : les chiens ne doivent pas manger de céréales car ils sont carnivores… C’est faux, cela fait des millénaires qu’ils ont une alimentation riche en céréales, et leur métabolisme s’y est adapté.

Mais ce raisonnement, s’il paraît logique au premier abord, ignore complètement le fait que le chien a pu évoluer depuis sa domestication, il y a près de 15000 ans. Car n’oublions pas que, pendant des millénaires, et jusqu’à la naissance de l’industrie du Petfood au milieu du 19e siècle, les chiens mangeaient principalement les restes des humains.

A l’époque des chasseurs-cueilleurs, ces restes, c’étaient principalement des carcasses de proies. Mais avec le développement de l’agriculture, il y a environ 10000 ans, les céréales ont pris une place prépondérante dans l’alimentation humaine, tout comme dans les restes de table donnés aux chiens.

A partir de ce moment-là, leur régime alimentaire s’est éloigné de celui de leurs ancêtres, les loups ancestraux. Et le métabolisme des chiens s’est adapté. C’est d’ailleurs ce que montrent des études scientifiques récentes (voir notre article : le chien est-il carnivore ou omnivore ?). En effet, il a été mis en évidence qu’à la différence du loup, le chien a acquis la capacité de digérer efficacement l’amidon, un glucide complexe qui s’avère être le constituant principal des céréales.

D’un point du vue nutritionnel, il n’y a donc aucune contre-indication à incorporer des céréales dans l’alimentation du chien. Elles représentent une source énergétique qu’il est parfaitement en mesure d’assimiler.

Intox n°2 : les céréales sont source d’allergies et d’intolérances alimentaires… En réalité, ce type de problème reste très rare chez le chien.

Néanmoins, certaines personnes redoutent que leur animal développe des allergies aux céréales. C’est en effet une possibilité… Mais il faut savoir que les allergies alimentaires sont très rares chez nos amis canins. Et lorsque cela arrive, les céréales sont en cause dans seulement 13% des cas. Cela les classe au 5e rang des allergènes les plus répertoriés, derrière le bœuf (34% des allergies), les produits laitiers (17%), le poulet (15%), et l’agneau (14,5%). Le risque allergique ne justifie donc pas qu’on exclut systématiquement les céréales des aliments pour chien.

Et qu’en est-il du risque d’intolérance au gluten contenu dans les céréales ? Là encore, il n’y a pas vraiment lieu de s’inquiéter outre mesure. D’une part, seules certaines céréales contiennent du gluten. C’est le cas pour le blé, l’orge, l’épeautre et le seigle, mais pas pour le riz et le maïs. D’autre part, l’intolérance au gluten est une maladie héréditaire, chez l’homme comme chez l’animal. Et chez les chiens, seuls les Setters Irlandais et les Border Terriers ont une prédisposition génétique à cette pathologie. Pour les autres races, le risque d’une quelconque sensibilité au gluten est anecdotique. On peut donc s’interroger sur l’intérêt de bannir l’ensemble des céréales pour toutes les races de chiens.

Intox n°3 : les céréales sont dangereuses car elles peuvent contenir des mycotoxines… C’est exact, mais les fabricants de croquettes réalisent des contrôles stricts pour s’affranchir de ce risque, qui n’est d’ailleurs pas limité aux céréales.

Pour certains propriétaires de chien, ce ne sont pas les céréales en elles-mêmes qui suscitent des inquiétudes, mais plutôt les mycotoxines qu’elles peuvent porter. Les mycotoxines sont des substances toxiques produites par des champignons (moisissures) pouvant se développer sur les denrées végétales, lors de leur culture ou pendant la phase de stockage. On peut les retrouver sur les céréales, mais également les pommes de terre ou les légumineuses (que l’on retrouve systématiquement dans les croquettes sans céréales). Elles peuvent également contaminer les fourrages destinés à l’alimentation des animaux d’élevage, et ainsi être présentes dans la viande, car une bête qui en ingère les conserve dans son organisme. On peut donc avoir des mycotoxines dans toutes les gammes de croquettes, qu’elles soient avec ou sans céréales.

Cependant, le risque de contamination reste bien contrôlé. En effet, les fabricants de croquettes qui adhèrent à la FACCO (la Fédération des producteurs d’Aliments pour Chiens, Chats, Oiseaux, poissons et petits mammifères, qui représente 98% de la production et des ventes en France) réalisent systématiquement des analyses sur toutes leurs matières premières afin de déceler la présence éventuelles de mycotoxines, et ainsi écarter les ingrédients contaminés.

Par contre, il est vrai que les croquettes bourrées de céréales ont un intérêt nutritionnel médiocre.

Au final, ce n’est pas vraiment la présence de céréales qui pose problème dans les croquettes pour chien, mais plutôt leur quantité. En effet, pour être en bonne santé et avoir de beaux poils, nos compagnons à quatre pattes ont besoin d’une alimentation riche en protéines, qui doivent idéalement constituer entre 30 et 40% de leur ration. Or les céréales en contiennent assez peu : entre 7 et 15% (à titre de comparaison, pour la viande, les protéines représentent environ 50% de la matière sèche). Elles ont par contre une forte teneur en glucides (jusqu’à 70%, principalement sous forme d’amidon). Par la force des choses, plus il y a de céréales dans une croquette pour chien, moins il y a de produits carnés (viandes, abats), et plus la ration sera déséquilibrée en faveur des glucides. Et les protéines présentes seront en grande partie d’origine végétale. C’est problématique, car à la différence des protéines animales, les protéines végétales ne contiennent pas certains acides aminés essentiels qui sont nécessaires au bon entretien de la masse musculaire et du pelage.

Croquettes sans céréales : moins de glucides et plus de viande ? Pas si sûr !

Nous avons vu que, si les céréales ne présentent pas de danger particulier pour les chiens, elles ont tout de même un intérêt nutritionnel nettement inférieur à celui des produits carnés. En partant de ce principe, il paraît logique de vouloir privilégier les croquettes sans céréales. En effet, en enlevant les céréales de la liste des ingrédients, on élimine une importante source de glucides (l’amidon). On imagine alors qu’il y aura davantage de viande et d’abats, et donc plus de protéines d’origine animale, ce qui donne l’assurance d’avoir des croquettes adaptées à la nature carnivore des chiens.

Le marketing des croquettes sans céréales est basé sur un amalgame entre amidon et céréales. Attention à ne pas tomber dans le piège !

Hélas, ce raisonnement ne tient pas, pour la simple et bonne raison que le processus de fabrication des croquettes pour chiens et chats nécessite impérativement de l’amidon. C’est cet amidon, traditionnellement apporté par les céréales, qui va permettre de donner aux croquettes leur texture croustillante.

Si on enlève les céréales de la recette, il faut donc forcément les remplacer par une autre source d’amidon, c’est-à-dire des végétaux tels que les légumineuses (pois, lentilles, haricots, etc.), la pomme de terre ou la patate douce. Et on se retrouve plus ou moins avec les mêmes problèmes en ce qui concerne la qualité nutritionnelle !

Mais alors, quel est le but des croquettes sans céréales ? Initialement, elles avaient tout de même vocation à contenir un minimum d’amidon et un maximum de protéines animales, pour coller à l’idée d’une alimentation naturelle. C’était là tout leur intérêt. Mais ces dernières années, de nombreuses marques ont détourné ce concept de sa vocation première, et n’hésitent pas à proposer des croquettes sans céréales, mais avec une haute teneur en amidon… Et donc, vous l’aurez compris : avec peu de protéines animales. Au final, ce n’est pas la présence ou l’absence de céréales qui importe, mais plutôt la quantité d’ingrédients contenant de l’amidon.

L’alimentation sans céréales et le risque de cardiomyopathie dilatée

Chez le chien, la cardiomyopathie dilatée a longtemps été considérée comme une maladie essentiellement héréditaire, touchant principalement les races de grande taille comme le Dobermann, le Lévrier Irlandais, le Terre-Neuve ou le Saint-Bernard. Mais depuis quelques années, certains vétérinaires observent une recrudescence de cas, notamment chez des chiens de race sans prédisposition pour cette pathologie cardiaque.

Croquette sans céréales chien avis

De façon surprenante, il semblerait que ces cas inattendus aient souvent comme point commun un régime alimentaire sans céréales, riches en légumineuses. En 2018, la Food and Drug Administration (FDA) américaine a commencé à enquêter sur ce sujet, et depuis, plusieurs études ont été menées pour examiner un éventuel lien de cause à effet entre une alimentation sans céréales et le développement d’une cardiomyopathie dilatée canine.

Une hypothèse possible est que certains ingrédients que l’on retrouve en grande quantité dans les croquettes sans céréales (comme les pois et les lentilles) contiendraient des facteurs susceptibles d’affecter l’assimilation de la taurine, un acide aminé qui joue un rôle clé dans le métabolisme cardiaque.

Il est aussi envisageable que la nourriture incriminée provienne de petites sociétés qui surfent sur la vague du « sans céréales », sans avoir une expertise nutritionnelle suffisante ou des contrôles qualité rigoureux. Dans ce cas, des carences en certains nutriments essentiels pourraient être en cause.

Quoi qu’il en soit, les études réalisées jusqu’à présent n’ont pas réussi à établir de façon claire la responsabilité des croquettes sans céréales dans l’augmentation du risque de cardiomyopathie dilatée chez le chien.

Les croquettes sans céréales pour chien : notre avis vétérinaire

Avis vétérinaire
Aujourd’hui, en alimentation animale, c’est la mode du « sans ». Sans additifs, sans colorants, sans conservateurs, et parfois même, sans sous-produits animaux… Certaines marques n’hésitent d’ailleurs pas à faire de la surenchère, en précisant que leurs croquettes pour chien sont sans antibiotiques, sans OGM, ou sans hormones de croissance… des produits qui sont de toute façon strictement interdits en France !
Il s’agit là d’une approche qui joue sur l’angoisse des consommateurs, en faisant écho aux scandales à répétition que l’on a pu connaître en alimentation humaine. Ce faisant, le marketing du « sans » entretient une certaine paranoïa. Ainsi, dès qu’un ingrédient est précédé du mot « sans », on pense directement qu’il présente un risque pour la santé – que ce risque soit réel ou pas.
Et c’est typiquement ce qui se passe avec les croquettes sans céréales. Pourtant, nous avons vu que les craintes envers les céréales ne sont généralement pas fondées. On a en effet beaucoup de recul sur leur utilisation en nutrition canine (les croquettes avec céréales existent depuis les années 50), et on sait aujourd’hui qu’elles constituent une source d’énergie facilement assimilable et bien tolérée par les chiens. Il faut juste veiller à ce qu’il n’y en ait pas trop, pour limiter l’apport en glucides, et plus précisément en amidon. Car de façon schématique, plus il y a d’amidon, moins il y a protéines animales, ce qui peut se révéler dommageable pour la santé des chiens et la beauté du poil.
Le comble, c’est que les croquettes sans céréales ne sont pas forcément plus intéressantes sur le plan nutritionnel. Car en l’absence de céréales, on utilise des substituts qui contiennent aussi de l’amidon, à savoir de la pomme de terre, de la patate douce ou des légumineuses. C’est tout simplement obligatoire pour permettre la fabrication de ces aliments secs. La principale différence avec les croquettes classiques, finalement, c’est qu’on a encore relativement peu de recul sur l’utilisation de ces ingrédients de substitution. Néanmoins, on sait déjà que les légumineuses peuvent favoriser les flatulences chez l’animal. Et nous avons vu qu’il y avait également quelques interrogations quant au risque de cardiomyopathie dilatée.
Alors qu’est-ce qui est mieux pour une croquette pour chien : avec ou sans céréales ? Le principe de précaution voudrait qu’on se cantonne à l’utilisation de céréales, notamment le riz qui est très bien toléré (rappelons qu’il est aussi sans gluten). Mais, effet de mode oblige, les marques de croquettes doivent aujourd’hui proposer des recettes sans céréales si elles veulent rester concurrentielles et répondre aux attentes du moment. Et parmi l’offre disponible, il faut reconnaître qu’il y a tout de même des produits avec des compositions analytiques très intéressantes. D’ailleurs, on retrouve des recettes sans céréales dans notre sélection des meilleures croquettes chien !
Face à la réalité du marché, on ne peut donc pas avoir un avis tranché sur les croquettes pour chien sans céréales. Avec ou sans, peu importe à vrai dire. Ce qui compte surtout, c’est que les sources d’amidon (que cela soit des céréales, des pommes de terres, des patates douces ou des légumineuses) soient présentes dans des proportions qui restent modérées, pour laisser la part belle aux protéines animales.
Canipédia ©2020-2022 – Tous droits réservés.
Mentions légales en page d’accueil.