Anti-puces pour chien : quels sont les traitements vraiment efficaces ?

Par Dr Célia Fréré, Vétérinaire
CéliaDiplômée de l'école vétérinaire de Lyon en 2014, le Dr Célia Fréré exerce aujourd'hui dans la région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle s'intéresse particulièrement au bien-être, au comportement et à l'éducation de nos fidèles compagnons.

Par leurs piqûres, les puces sont responsables de 70 % des problèmes de démangeaisons rencontrés chez le chien. Et si l’on tarde à réagir, la situation peut virer au cauchemar, car ces petits parasites se reproduisent rapidement et peuvent aller jusqu’à coloniser le linge de maison. Pour mettre un terme à cette infestation, différentes solutions existent. Mais entre les colliers anti-parasitaires, les pipettes Frontline ou Advantix, ou encore les produits naturels à base d’huiles essentielles… quels sont les traitements qui fonctionnent réellement ?

La problématique du traitement anti-puces finit inévitablement par se présenter à tout propriétaire de chien soucieux du bien-être de son animal. Un beau jour, vous remarquez que votre fidèle compagnon commence à se gratter un peu trop fréquemment. Naturellement, vous vous demandez alors si le moment n’est pas venu de penser à un traitement anti-parasitaire. Les plus prévoyants iront même jusqu’à chercher des solutions pour agir de manière préventive, avant même que n’apparaissent les premiers signes d’infestation. Néanmoins, le recours à des produits anti-puces – qui contiennent généralement des pesticides – n’est jamais anodin. Il est donc important de bien évaluer la situation dans laquelle se trouve votre chien : faut-il mettre un frein à un début d’infestation, a-t-on affaire à une infestation avancée, ou veut-on simplement agir de manière préventive pour empêcher toute apparition de puces ? En fonction du cas de figure, les recommandations seront différentes, mais nous allons voir tout cela de plus près.

Ce qu’il faut savoir sur les puces

Parasites assez communs de nos animaux de compagnie, les puces se transmettent facilement, et n’ont pas de mal pour passer d’une espèce à l’autre. Ainsi, si elles sont présentes chez vous, il y a de fortes chances qu’elles aient piqué et infesté votre chien, votre chat ou même votre lapin ou votre cochon d’inde. Et même si l’homme n’est pas leur hôte de prédilection, les puces peuvent également se nourrir sur lui lorsqu’elles sont en très grand nombre.

Une puce monte sur un chien pour se nourrir, mais le reste du temps, elle vit au sol, ou dans les fibres du linge de maison

Vous l’avez compris, l’infestation par les puces est souvent partagée entre les membres du foyer. C’est d’autant plus vrai que que ces petits parasites ne vivent pas exclusivement sur les êtres vivants. En effet, une puce adulte monte sur son hôte, pique pour se nourrir, puis redescend : elle pond alors entre 20 et 50 œufs au sol, dans les fibres d’un linge, d’un coussin ou d’un matelas. En 3 semaines à peine, ces œufs deviendront des larves puis des adultes qui à leur tour chercheront à piquer un animal pour se nourrir et pondre des œufs. Et le cycle recommence.

Une invasion de puces est donc extrêmement rapide si vous ne l’endiguez pas ! En quelques semaines, une seule puce peut engendrer plusieurs milliers de nouveaux parasites adultes.

Il est important de lutter contre les puces, car elles peuvent transmettre des vers à votre chien, ou entraîner des affections cutanées

Les puces sont-elles dangereuses pour votre chien ? Pas directement en tout cas. Mais elles peuvent parfois transmettre des vers de la famille du ver solitaire (Ténia). Ces vers peuvent créer des carences (car ils prélèvent dans l’alimentation ingérée les vitamines et minéraux dont ils ont besoin) et être responsables d’amaigrissement et de troubles digestifs plus ou moins graves. Mais le plus souvent, les puces seront à l’origine de troubles cutanés (démangeaisons, boutons, croûtes) pouvant évoluer en une maladie de peau qui nécessitera en général une visite chez le vétérinaire et des traitements plus ou moins longs par la suite.

Nous vous recommandons donc traiter votre chien contre les puces dès les premiers signes, ou mieux encore, de prévenir le problème. Car une fois installés chez vous, ces parasites sont difficiles à éliminer puisqu’ils vivent dans les recoins de votre maison. L’infestation peut donc repartir plusieurs fois avant d’être totalement réduite à néant.

Comment savoir si mon chien a des puces ?

Anti-puce chien

Il n’est pas toujours facile de repérer des puces sur un chien, à fortiori si celui-ci a un pelage dense… Vous pouvez les chercher en écartant le poil sur l’arrière du dos, au niveau de l’implantation des hanches, ou encore sur la peau du ventre : ce sont deux localisations privilégiées pour les trouver. Si vous n’en voyez pas – après tout, les puces sont toutes petites et se déplacent très vite – d’autres indices peuvent attester de leur présence : des signes de grattage ou de léchage par exemple (les poils peuvent être abîmés, collés entre eux, colorés, la peau peut être plus rouge), ou la présence de leurs déjections. Ces dernières se matérialisent sous la forme de petits cristaux noirâtres, qui se dissolvent dans une traînée rouge sang si on les mélange avec un peu d’eau. L’utilisation d’un peigne anti-puces peut vous faciliter la tâche : en brossant finement le poil, il permet de récolter ces crottes précédemment évoquées, ou même parfois quelques puces bien vivantes !

Attention cependant : s’il est vrai que les puces sont dans l’immense majorité des cas responsables de démangeaisons qui font qu’un chien se gratte beaucoup… tous les chiens ayant des puces ne se grattent pas forcément ! Il faut donc rester prudent si vous ne trouvez rien, et ne pas hésiter soit à traiter tout de même votre compagnon, soit à consulter votre vétérinaire, qui est habitué à les dépister.

Mon chien a des puces : quels sont les traitements efficaces ?

Le choix d’un traitement anti-puces va être influencé par le niveau d’infestation de votre chien. Mais dans tous les cas, il est conseillé de traiter votre chien pendant plus de 6 mois consécutifs, car les larves de puces – généralement résistantes aux insecticides – peuvent subsister 6 mois sans se nourrir.

Pour une infestation débutante, la terre de diatomée – une poudre 100% naturelle issue de sédiment marin – peut s’avérer efficace. Il suffit de l’appliquer doucement sur le pelage de votre chien, et d’en répandre sur ses lieux de couchage. La terre de diatomée a des propriétés absorbantes qui font qu’à son contact, les insectes vont se dessécher et mourir. Toutefois, si les puces sont installées depuis longtemps, elle risque de ne pas suffire pour enrayer leur développement. Nous vous alertons également sur le pouvoir irritant de cette poudre, notamment lorsqu’elle est inhalée et se retrouve dans les poumons. Il faut donc faire en sorte d’éviter que votre chien en inhale, et vous protéger. Ne l’utilisez pas si quelqu’un de votre foyer souffre d’une maladie respiratoire (asthme ou autre).

Lorsque l’infestation est plus avancée, l’application d’insecticides à l’aide d’une pipette est plus indiquée. Nous vous déconseillons les produits qui se limitent à l’utilisation du fipronil (Frontline Spot-On, Effipro, Fiprokil, Fiprotec…) : cet insecticide, largement utilisé depuis plus d’une cinquantaine d’années, a perdu de son efficacité à cause du développement de résistances. Pour éviter tout problème de ce genre, certains produits combinent différentes molécules. C’est le cas de l’Advantix, qui utilise l’imidaclopride et la perméthrine pour avoir un effet synergique. Mais prenez garde à ne jamais utiliser l’Advantix sur un chat : la perméthrine est toxique pour nos amis félins, qui contrairement aux chiens, sont déficients en glucuronyl-transférase, une enzyme nécessaire au mécanisme de détoxification de la perméthrine.

Enfin, les solutions les plus efficaces s’utilisent sous forme de comprimés. Plusieurs formulations sont commercialisées, mais si vous souhaitez vous en procurer, il vous faudra obligatoirement une prescription de votre vétérinaire.

De manière générale, nous vous déconseillons l’usage de produits à base d’huiles essentielles – certains plébiscitent par exemple le géraniol ou la lavande – car leur odeur est extrêmement agressive pour votre compagnon à 4 pattes. En effet, si le chien est réputé pour son flair, ce n’est pas pour rien : son odorat est 40 000 plus sensible que le nôtre !

Terre de diatomée Advantix Comprimé anti-puces
Aperçu Terre de diatomée - Anti-puce chien naturel Advantix - Pipettes anti-puces et anti-tiques Credelio - Traitement antiparasitaire en comprimé
Type d'application Poudre à appliquer sur le pelage Application cutanée à l'aide d'une pipette Comprimé parfumé à avaler
Indication Infestation débutante Infestation débutante / Infestation avancée Infestation débutante / Infestation avancée
Disponibilité
Voir surferme
Voir sur bouton a
Voir surferme
Voir sur bouton a
Uniquement sur ordonnance

Les traitements anti-puces pour chien éliminent les parasites adultes vivants sur l’animal. Il ne permettent cependant pas de se débarrasser des puces présentes dans votre foyer. Pour cela, il faut impérativement traiter votre environnement : linge, matelas, coussins et sol, sans négliger les zones difficiles d’accès comme les interstices entre les lames de parquet.

Les puces adultes sont facilement éliminées par les produits nettoyants classiques. Par contre, leurs oeufs ainsi que leurs larves sont très résistantes : seules les très hautes températures (> 95°C), la javel et certains désinfectants puissants peuvent en venir à bout. Si vous préférez éviter l’utilisation de produits chimiques, alors une centrale vapeur fera l’affaire, à condition qu’elle chauffe à 100°C.

Quel traitement anti-puces choisir pour prévenir une infestation ?

Lorsqu’on souhaite ne jamais avoir de puces à la maison, il est tout à fait possible d’utiliser un traitement anti-puces pour chien de façon préventive. C’est d’ailleurs particulièrement recommandé si vous avez eu une infestation dans votre foyer au cours des 6 derniers mois (pour éviter une rechute), ou si vous avez des chats d’extérieur à la maison (car ce sont de très bons vecteurs), sans oublier de traiter également ces chats. Si votre chien est allergique aux piqûres de puces, ou s’il est de nature atopique (c’est à dire qu’il a une prédisposition génétique au développement d’allergies), il est dans ce cas primordial de maintenir en permanence une bonne protection contre ces parasites.

En ce qui concerne les traitements préventifs, là encore, on peut écarter tous les produits à base d’huiles essentielles. Comme nous l’avons indiqué précédemment, ils sont assez peu efficaces, et surtout, ils agressent l’odorat de votre compagnon canin.

Par ailleurs, il est judicieux d’opter pour un traitement antiparasitaire, qui en plus de l’effet anti-puces, a également une action anti-tiques. Et si vous vivez dans le bassin méditerranéen ou projetez un voyage dans cette zone au cours de l’été, il faudra dans l’idéal que ce traitement protège aussi contre les phlébotomes, pour éviter toute contamination par la leishmaniose.

La solution la plus simple et économique sera alors un collier antiparasitaire comme le Seresto (attention, certains colliers comme le Scalibor ne traitent pas contre les puces). D’une durée de vie de 6 à 8 mois, il est particulièrement efficace sur les chiens à poils ras et ceux étant peu sensibles aux infestations parasitaires.

Attention tout de même : les colliers antiparasitaires ne sont pas compatibles avec des bains réguliers et/ou prolongés. Si votre chien aime se baigner, pensez donc à enlever son collier au préalable, autrement son efficacité sera altérée.

Pour les animaux plus sujets aux infestations de puces, le recours aux insecticides appliqués à l’aide d’une pipette est alors indiqué. Comme pour les colliers antiparasitaires, il est préférable que le produit ait un effet étendu à plusieurs parasites. C’est le cas de l’Advantix, qui tue aussi bien les puces que les tiques et les poux, et repousse également les moustiques et les phlébotomes.