Mon chien se gratte beaucoup : comment réagir ?

Par Dr Célia Fréré, Vétérinaire
CéliaDiplômée de l'école vétérinaire de Lyon en 2014, le Dr Célia Fréré exerce aujourd'hui dans la région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle s'intéresse particulièrement au bien-être, au comportement et à l'éducation de nos fidèles compagnons.

Un chien qui se gratte de temps en temps, c’est parfaitement normal. Mais lorsque cela prend des proportions démesurées – quand l’animal insiste sur une zone particulière par exemple, ou qu’il en vient à se frotter aux murs – il est temps de réagir.

Un chien qui se gratte beaucoup est un motif fréquent de consultation chez le vétérinaire. Loin d’être une fatalité, ces démangeaisons peuvent quelquefois être résolues par des mesures simples et rapides. Dans d’autres cas, elles pourront exiger un traitement médical spécifique. Dans cet article, nous vous proposons une démarche pour identifier la source de ces démangeaisons, traiter soi-même le problème lorsque c’est possible, ou savoir si une visite chez votre vétérinaire s’impose.

Mon chien se gratte tout le temps : il a probablement des puces

Si votre chien se gratte un peu de partout, de manière peu prononcée mais régulière, et qu’aucune lésion n’est visible, alors il est très probable qu’il ait des puces. En effet, elles sont impliquées dans 70% des cas de démangeaison chez le chien ! 

Mon chien se gratte beaucoup

Pour en avoir le cœur net, il faut brosser le poil de votre chien et partir à la recherche de ces petits parasites ou de leurs déjections (qui ressemblent à des petits confettis noirs). Attention tout de même, les puces bougent vite et ne sont pas toujours faciles à repérer. Un autre indice est la localisation des démangeaisons : si votre chien se gratte plutôt sur l’arrière train, au-dessus des fesses, une infestation par les puces est très probable ! Dans certains cas, des petits boutons rouges peuvent aussi être présents : vous les remarquerez plus facilement sur la peau du bas du ventre, plus fine et souvent moins recouverte par les poils.

Mais que vous ayez réussi ou pas à repérer la présence de puces, nous vous conseillons de traiter tout de même votre chien contre ces parasites. Nombreux sont les propriétaires qui nous amènent leurs animaux en consultation, ayant du mal à croire que ces petits insectes puissent être impliqués, car ils ne sont pas facilement visibles. Et pourtant ! Un traitement antipuce correctement appliqué durant plusieurs mois d’affilée résout souvent le problème de manière définitive, tout en n’occasionnant que peu d’effets secondaires. Si des chats vivent aussi dans votre foyer, il convient de les traiter de la même façon, même s’ils ne se grattent pas : ils sont souvent de bons vecteurs dans ces infestations.

En période estivale, vérifiez également que le traitement antiparasitaire soit aussi efficace contre les aoûtats, des petits acariens qui infestent les chiens lors des promenades dans les herbes hautes, principalement au mois d’août (d’où leur nom).

Les autres causes de démangeaisons faciles à traiter

Si votre chien se gratte beaucoup autour de l’anus : pensez à examiner cette zone. Si tout semble normal, il a peut-être des vers, et il serait judicieux de le vermifuger. Si les démangeaisons à cet endroit persistent malgré ce traitement, parlez en à votre vétérinaire : il vérifiera l’état des glandes anales de votre chien. En cas d’engorgement, cela gratte ! Il est alors important de les vidanger, pour éviter tout risque d’abcès à cet endroit.

Votre chien a des pellicules, la peau sèche ou au contraire un peu grasse, et des démangeaisons sont survenues progressivement ? Il a probablement une anomalie de sécrétion du sébum (séborrhée). Dans ce type de situation, il est possible d’agir par le biais de shampoings spécifiques, comme le Zincoseb, ou le Seboderm de chez Virbac. Ces deux shampoings aident à réguler la production du sébum, tout en nourrissant et hydratant la peau.

Quand faut-il consulter ?

Si votre chien se gratte les oreilles, il a peut-être une otite. Cela arrive fréquemment lorsqu’on ne pense pas à nettoyer les oreilles de son chien après le bain, l’humidité qui persiste dans les conduits auditifs contribuant à favoriser une inflammation ou infection des oreilles. Pour vérifier cette hypothèse, examinez l’intérieur des conduits auditifs. S’ils sont sales et/ou rouges, essayez de consulter au plus vite. Et si rien n’est visible, prévoyez tout de même une visite chez le vétérinaire : l’otite peut être installée profondément, ou il est possible qu’un corps étranger soit présent. Seule une vérification avec l’appareillage adapté permettra de lever le doute.

De manière générale, une visite chez le vétérinaire s’impose également si, lorsque vous inspectez l’aspect général de la peau et du pelage de votre chien qui se gratte, vous observez l’un de ces symptômes : perte de poils, rougeurs, boutons ou plaques d’eczéma.

C’est souvent le signe d’une infection de la peau, aussi appelée pyodermite. Ces infections cutanées sont généralement causées par des levures et des bactéries déjà présentes à la surface de la peau, qui prolifèrent lorsque l’épiderme est lésé ou régulièrement agressé. Peu graves lorsqu’elles débutent, elles peuvent devenir délicates à traiter si elles s’étendent ou si elles évoluent pendant longtemps. C’est pour cela que nous vous conseillons de consulter sans tarder : une infection débutante répond en général à un traitement de 7 à 10 jours (contre plus de 6 semaines pour certaines affections bien installées).

Mon chien se gratte beaucoup : et s’il était atopique ?

Relativement répandue, la dermatite atopique touche environ 10% des chiens, et s’exprime plus particulièrement chez certains races dites prédisposées, comme le Bouledogue Français, l’American Staffordshire Terrier ou le West Highland Terrier (aussi appelé Westie). C’est une maladie génétique, qui induit une malformation de la surface de la peau. Moins protégée, celle-ci sera plus sensible aux agressions diverses, et aura tendance à sur-réagir à des allergènes divers et variés, comme les pollens, les acariens, etc.
En cas de dermatite atopique, l’accent doit être mis sur la prévention pour réduire l’occurrence des crises inflammatoires, avec notamment un traitement rigoureux contre les parasites, la mise en place d’une alimentation adaptée et des soins locaux pour entretenir la peau. Un suivi vétérinaire est en général indispensable dans ce cas.

Il est aussi possible que les démangeaisons soient une manifestation d’allergie. Vous venez de déménager et votre chien apprécie de dormir sur votre nouvelle terrasse en béton ? S’il a la peau du ventre très rouge, il est probable que ses démangeaisons soient provoquées par une allergie à ce revêtement. D’autres produits induisent fréquemment ce genre de réactions : c’est le cas par exemple de certains agents nettoyants ou désinfectants pour le sol, ou de revêtements de sols synthétiques. On parle alors d’allergies de contact. Elles se caractérisent par une rougeur localisée sur la zone de peau qui a été en contact avec l’allergène, et la survenue des démangeaisons est brutale, et non pas progressive. Dans ce cas, l’éloignement de la source d’irritation permet une amélioration des symptômes voire une disparition s’ils ne sont pas trop intenses. Une aide médicamenteuse (à base d’anti-inflammatoires) pourra vous être proposée par votre vétérinaire pour soulager les démangeaisons.

L’allergie peut également être d’origine alimentaire. Plus difficile à mettre en évidence, elle se traduit souvent, en plus de l’envie de se gratter, par des diarrhées ou troubles digestifs réguliers. Votre vétérinaire, s’il la suspecte, vous proposera un régime dit d’éviction, avec peu d’allergène, pour vérifier si ce changement alimentaire améliore la situation.