Croquette Bouledogue français

Malgré ses muscles saillants, le Bouledogue français est un chien à la santé fragile. Il est notamment sujet à des troubles digestifs (ce qui se manifeste principalement par des flatulences) et dermatologiques (démangeaisons et rougeurs). Il est donc important que ces sensibilités soient prises en compte lors du choix de ses croquettes. Et comme le boubou est également réputé pour son appétit dévorant, il faut aussi que sa nourriture soit adaptée à son état physiologique (en croissance, stérilisé, etc.) et à son mode de vie. Autrement, il risque d’avoir rapidement un problème de surpoids. Suivez le guide !

Le marché des croquettes pour chien est en plein essor : rien qu’en France, il y a plus de 2500 références disponibles en ligne ou dans les magasins spécialisés. Pour sortir du lot, certaines marques proposent donc des croquettes formulées exclusivement pour certaines races de chiens. C’est une stratégie efficace : en tant que propriétaire d’un boubou, il est rassurant de choisir des croquettes « spécial Bouledogue français » car on imagine qu’elles vont répondre parfaitement à ses besoins. Mais est-ce toujours le cas ?

Hélas, non. Le plus souvent, la mention « spécial race » sur le sachet n’est guère plus qu’un artifice marketing. Les fabricants de ces aliments soi-disant spécifiques ne s’appuient généralement pas sur des études scientifiques ou des recommandations nutritionnelles bien établies. A l’exception peut-être de Royal Canin… Mais pour autant, leurs croquettes Bouledogue français ne sont pas adaptées à tous nos petits molosses : elles sont notamment trop caloriques pour les chiens stérilisés ou sédentaires, qui vivent en appartement.

C’est donc l’ensemble des caractéristiques de votre animal qu’il faut prendre en compte pour pouvoir lui proposer une alimentation appropriée. Pour vous aider dans cette démarche, nous mettons à votre disposition un outil de sélection des meilleures croquettes adaptées à votre Bouledogue français, accompagné de toutes les explications nécessaires pour vous permettre de faire votre choix de façon éclairée.

Les besoins nutritionnels spécifiques du Bouledogue français

Rappelons-le une fois encore : nos chiens de compagnie appartiennent au grand groupe des Carnivores. D’un point de vue évolutif, c’est donc principalement la consommation de proies qui subvient à leurs besoins nutritionnels, parmi lesquels vous l’avez deviné, les besoins en protéines. Il est donc important de veiller à apporter ces protéines animales en quantités suffisantes à votre chien. Concrètement, les croquettes pour Bouledogue français devraient contenir au moins 25% de protéines, et idéalement, plus de 30%. Mais insistons ici sur un point essentiel : c’est aussi la digestibilité, la composition et donc la qualité globale de ces protéines qui importe. La course aux taux de protéines élevés est vaine si celles-ci ne sont pas utiles ! Avis aux industriels du petfood qui ne l’ont pas encore compris !  

Le RPP comme gage de qualité des protéines animales

« D’accord, mon boubou a besoin de protéines de qualité. Mais comment je fais pour évaluer cette qualité ? » Un bon moyen – accessible qui plus est – est de calculer un ratio intéressant : le rapport protido-phosphorique. Ne partez pas en courant ! Nous pouvons tous l’obtenir en 20 secondes, car c’est la simple division du taux protéique (en %) par le taux de phosphore (en %), tous deux disponibles explicitement sur les paquets de croquettes qui n’ont rien à cacher. Plus la valeur est élevée, meilleure est la qualité des sources de protéines, un RPP supérieur 30 étant une bonne cible. Car une valeur élevée signifie que ce sont des viandes et chairs animales de qualité qui ont été utilisées, plutôt que d’indigestes os, tendons ou cartilages.

Une question d’équilibre : le RPC pour éviter les carences nutritionnelles

En matière de nutrition, tout est question d’équilibres. Pas seulement de quantités et de taux bruts, mais bien d’équilibres. Dès qu’on le sait, on peut déduire pléthore d’indicateurs décisifs à la lecture d’une simple étiquette des croquettes.

Alimentation du chien et RPC

L’un de ces indicateurs est le RPC, ou rapport protido-calorique. Un rapport c’est un ratio, un ratio c’est un équilibre. Un chiffre qui n’a pas toujours d’unité, mais pourtant beaucoup de sens ! Et justement, le RPC permet de s’assurer que votre animal recevra assez de protéines, tout en maintenant une ingestion énergétique raisonnable. L’avantage, c’est que ce RPC est facile à calculer : c’est le taux de protéines dans l’aliment (en %), divisé par la valeur énergétique (en kcal/kg), le tout multiplié par 10000.

Pour un Bouledogue français, le RPC minimum conseillé varie entre 55 et 94, en fonction de son poids, de son état physiologique (en croissance, stérilisé, etc) et de son mode de vie (actif ou sédentaire). Nous vous offrons dans la suite de ce guide un calculateur pour déterminer le RPC optimal pour votre chien à un instant t. Pour éviter des carences, il sera important de choisir des croquettes dont le RPC est supérieur au RPC minimum conseillé.  

Le bouledogue français : une sensibilité à fleur de pet

Avec son museau retroussé et ses grands yeux attendrissants, le Bouledogue français a une petite bouille vraiment craquante. Mais malheureusement, cette forme de crâne si particulière entraîne une obstruction partielle des voies respiratoires, ce qui empêche l’air de circuler normalement. Pour cette raison, les boubous souffrent régulièrement d’aérophagie : ils avalent de l’air, ce qui provoque des flatulences.

Sensibilité du système digestif du French Bulldog

Mais c’est aussi la sensibilité digestive du Bouledogue qui génère les flatulences : son intestin grêle ne dégrade pas aussi efficacement les nutriments que chez d’autres races, ce qui génère des fermentations intestinales et les gaz qui les accompagnent. C’est à ce titre que la qualité des ingrédients est essentielle, mais aussi leur typologie : des croquettes haut-de-gamme qui conviennent à une race résistante ne conviendront pas forcément à la fragilité digestive de votre Bouledogue.

Comme nous l’avons vu précédemment, pour être le plus digestes possible, les croquettes pour Bouledogue français doivent contenir une forte proportion des protéines animales de bonne qualité. Mais il est également conseillé d’éviter d’utiliser des légumineuses dans la recette. Car qui dit légumineuses dit sucres complexes de digestibilité faible et fermentescibilité élevée : ces glucides, plutôt que d’être entièrement décomposés dans l’intestin grêle, vont cheminer jusqu’au côlon où des bactéries vont s’en nourrir, produisant alors des gaz. Comme le Boubou est déjà sujet à l’aérophagie, mieux vaut donc éviter d’aggraver la situation avec des légumineuses qui entraînent des flatulences !

Les croquettes sans céréales peuvent être mauvaises pour la digestion de votre boubou !

Avis vétérinaire
Le Bouledogue français est à la mode, le sans céréales aussi. Mais les deux ensemble ne font pas forcément bon ménage ! En effet, une croquette a besoin d’amidon pour se tenir, comme un gâteau a besoin de farine. Alors si on enlève les céréales, excellentes pourvoyeuses de ce polysaccharide, il faut les remplacer par une autre source d’amidon. Et c’est souvent des légumineuses (pois, lentilles) qui sont utilisées comme substitut.
Et comme vous le savez maintenant, les légumineuses ne feront qu’empirer les problèmes de flatulences de votre petit compagnon. Il vaut mieux privilégier des croquettes qui contiennent des céréales (en quantités raisonnables), et notamment du riz, qui rappelons-le est un ingrédient très digeste lorsqu’il est utilisé avec parcimonie. Doit-on pour autant bannir toutes les croquettes sans céréales pour les Bouledogues français ? Non pas forcément. Déjà, effet de mode oblige, il est compliqué de trouver de bonnes croquettes avec céréales. Ensuite, des croquettes sans céréales peuvent tout de même contenir assez peu, voire pas du tout de légumineuses. Dans ce cas, l’amidon nécessaire à la fabrication des croquettes provient principalement de fécules comme le tapioca ou la pomme de terre.

Il n’y a pas que les légumineuses qui sont susceptibles d’entraîner des flatulences : ce sera la même chose avec tout autre ingrédient mal assimilé, d’où l’importance majeure du paramètre digestibilité (pourtant trop peu évoqué) dans le choix de vos croquettes pour Bouledogue français. Découvrez plus bas notre sélection de produits adaptés !

Croquettes chiot ou adulte, stérilisé ou entier… chaque boubou est différent

Avec un poids adulte variant de 8 à 14 kg, le Bouledogue français peut selon les cas être considéré comme un chien de petite (< 10 kg) ou moyenne race (entre 10 et 25 kg). Cette distinction pratique ne doit d’ailleurs pas être perçue comme un classement ferme et définitif, mais comme une indication permettant d’anticiper certains besoins en énergie et en nutriments. D’autres critères vont également jouer un rôle important, notamment son statut physiologique (en croissance ou à l’âge adulte, stérilisé ou pas) et son activité physique (actif ou sédentaire).

Meilleure croquette pour Bouledogue français

Ainsi, un Bouledogue français de petite taille, stérilisé et sédentaire aura par exemple un besoin énergétique moindre qu’un individu plus grand, non stérilisé et actif. Il mangera donc une plus faible quantité de croquettes. Pour autant, s’il a effectivement besoin d’ingérer moins de calories, ses besoins en nutriments essentiels sont les mêmes. Pour éviter les carences en protéines, il faut donc que le RPC (dont nous avons déjà parlé en début d’article) de ses croquettes soit adapté à ses besoins spécifiques.

Par ailleurs, il est tout aussi important que la densité énergétique des croquettes soit, elle aussi, adaptée. La densité énergétique, kézako ? C’est simplement la quantité d’énergie assimilable contenue dans un volume donné de nourriture, et cette valeur est classiquement exprimée en kcal/kg. La logique est la suivante : si l’on donne des croquettes très caloriques à un animal qui a besoin énergétique faible, il faudra réduire ses rations pour éviter qu’il ne grossisse. Il risque alors de ne pas se sentir assez rassasié et d’être frustré. Il vaut mieux lui donner des croquettes avec une faible densité énergétique, pour qu’il puisse manger à sa faim, sans prendre de poids. C’est comme pour les légumes chez l’homme : on peut en manger sans compter parce que ça cale, mais ça ne fait pas grossir ! A l’inverse, un chiot Bouledogue français a un besoin énergétique élevé ; il aura donc besoin de croquettes suffisamment caloriques pour accompagner sa croissance. Ainsi, la densité énergétique recommandée pour des croquettes pour Bouledogue français peut grandement varier selon les situations : de 3200 kcal/kg pour un adulte stérilisé et sédentaire, jusqu’à 4100 kcal/kg pour un chiot.

Vous l’aurez compris, chaque boubou est unique, et il est important de prendre en compte les spécificités de son animal pour pouvoir choisir correctement ses croquettes. C’est pourquoi nous vous proposons dans la section suivante de ce guide un outil qui vous aiguillera dans cette démarche.

Les meilleures croquettes pour Bouledogue français

RPC, RPP, densité énergétique… Je sais, ça fait beaucoup d’informations d’un coup. Mais pas de panique : pour ceux qui n’ont pas le courage de rentrer dans des considérations compliquées, nous mettons à votre disposition un calculateur dynamique qui, selon le profil de votre Bouledogue français, récapitule les critères importants à prendre en compte dans le choix de ses croquettes.

Pas le temps pour ça non plus ? Qu’à cela ne tienne, l’outil vous proposera également trois sélections de croquettes taillées sur-mesure pour respecter le cahier des charges de votre animal.

Mon Bouledogue français est :
un chiot (jusqu’à 12 mois)
un adulte (1 an et +)
de petite taille (- de 10 kg)
de taille moyenne (+ de 10 kg)
non stérilisé
stérilisé
actif (> 1 h de marche sans laisse par jour)
sédentaire
Son RPC minimum conseillé est 75 g de protéines pour 1000 kcal (il n’y a pas de maximum), la densité énergétique idéale de ses aliments est ~ 3900 – 4100 kcal/kg, et nous vous recommandons ces croquettes adaptées :
Virbac HPM Baby Small & Toy
Croquette pour chiot bouledogue français
Protéines : 34.0 %
Matières grasses : 21.0 %
Glucides : 24.5 %
Minéraux : 7.5 %
Phosphore : 1.1 %
Ratio protéines/phosphore : 31.0
Densité énergétique : 3960 kcal/kg
RPC : 86
Pas ou peu de légumineuses : tick
Fabriqué en France : tick
Ultra Premium Direct Chiot de Petite et Moyenne Taille
badge
Meilleures croquettes chiot Bouledogue français
Protéines : 30.0 %
Matières grasses : 20.0 %
Glucides : 32.1 %
Minéraux : 7.4 %
Phosphore : 1.1 %
Ratio protéines/phosphore : 27.3
Densité énergétique : 3900 kcal/kg
RPC : 77
Pas ou peu de légumineuses : tick
Fabriqué en France : tick
Royal Canin Chiot Bouledogue Français
Nourriture sèche - Sac de croquettes pour chiens
Protéines : 30.0 %
Matières grasses : 20.0 %
Glucides : 38.8 %
Minéraux : 8.0 %
Phosphore : 1.0 %
Ratio protéines/phosphore : 30.0
Densité énergétique : 4140 kcal/kg
RPC : 72
Pas ou peu de légumineuses : tick
Fabriqué en France : cross

L’alimentation en cas de réaction cutanée

Le Bouledogue français est souvent sujet à des problèmes dermatologiques, notamment la dermatite atopique et l’allergie alimentaire pour lesquelles il a une prédisposition génétique. Il s’agit de maladies inflammatoires qui se manifestent par d’importantes démangeaisons et rougeurs.

Dans les croquettes pour chien, les ingrédients le plus souvent susceptibles d’induire ce genre de problèmes sont les sources de protéines, en particulier le bœuf, le poulet, l’agneau, et le blé.

Le traitement d’une réaction cutanée à l’alimentation repose sur la mise en place d’un régime d’éviction (élimination de la protéine allergisante de la diète). Il faut donc donner au Bouledogue français des croquettes contenant des protéines hydrolysées (dont la petite taille ne déclenche pas d’allergie) ou des sources de protéines moins communes, que l’animal n’a jamais mangées. Il peut dans certains cas être intéressant d’essayer des croquettes pour chien aux insectes, au canard, ou à base de gibier. Quoiqu’il en soit, la mise en place de cette alimentation spécifique doit se faire sous contrôle vétérinaire, et s’intégrer dans une prise en charge médicale globale.